Email
RCM » Enjeux et Thématiques » Dynamiques de Groupes
Dynamiques de Groupes

Dans la plupart des régions des pays méditerranéens les paysans sont éloignés, sur le plan matériel mais aussi « relationnel », des centres de recherche. Cet isolement se vérifie aussi souvent, de façon plus ou moins marquée, en termes d’échanges de savoir-faire avec les collègues, même lorsqu’ils sont voisins.

C’est pourquoi la diffusion des connaissances techniques, et plus largement le Développement agricole, sont toujours plus efficaces lorsqu’ils s’appuient sur des Groupes de producteurs, généralement proches ou de la même région. Cette notion de regroupement entre paysans autour de préoccupations communes et fédératrices est un puissant facteur de progrès dans le monde agricole. Les groupements d’agriculteurs furent un des moteurs du mouvement de développement agricole en France après la 2ème guerre mondiale. Ils constituent aujourd’hui le fondement de nombreux programmes de développement en Afrique ainsi qu’ailleurs dans le monde.

Les membres de l’association Trait d’Union (Sétif) visitent le projet « IRDEN » de l’ICARDA à Beni Brahim, Algérie

Une démarche d’animation et d’accompagnement au niveau du réseau

Au niveau du RCM, la dynamique des Groupes de base constitue une thématique transversale prioritaire, qui sous-tend ensuite toute autre thématique plus « technique » relevant des préoccupations locales des paysans. Dans le même temps, ces questions  techniques constituent des entrées pour initier et amplifier une démarche collective à l’échelle d’un groupe généralement informel au départ.

Ainsi, les problématiques abordées au travers du partage de savoir-faire et de pratiques, sont toujours centrées sur l’amélioration des revenus des paysans par l’introduction d’innovations techniques ou organisationnelles, voire, dans le cas de l’Agriculture de Conservation, de nouveaux systèmes de production. La démarche retenue est axée sur une dynamique de groupes locaux autonomes, fonctionnant sur des principes de démocratie et de transparence. Le cadre international du réseau permet ensuite d’enrichir la démarche par l’échange d’expériences entre Groupes du Nord, du Sud et de l’Est de la Méditerranée.
Ainsi, de façon assez régulière lors des Rencontres des Groupes Témoins du RCM, des représentants de chaque GT se réunissent dans un des pays du réseau afin de faire le point sur leurs activités respectives, définir de nouvelles orientations et découvrir les réalités de l’agriculture locale.

Des agriculteurs des Groupes Témoins échangent sur la structure du sol à Mateur, Tunisie

Sauf dans le cas de groupes ou de structures préexistantes, il s’agit tout d’abord de constituer puis de consolider des groupes de 5 à 20 agriculteurs motivés (noyau de départ) à partir de thèmes techniques fédérateurs (implantation des céréales, introduction de légumineuses, lutte contre l’érosion, etc…).
Partant de l’analyse participative des problèmes et de leur priorisation, le groupe est un « lieu » et un support adapté pour sensibiliser les membres aux questions de recherche et de développement. L’animation des groupes peut alors se faire  autour de sujets impliquant des chercheurs motivés par l’application sur le terrain de leurs travaux (un peu en station de recherche, mais surtout chez l'agriculteur).

Ainsi, des paysans qui prennent confiance au sein du Groupe et ne se sentent plus isolés peuvent développer ensemble un dialogue direct avec les chercheurs : définition des attentes prioritaires sur le terrain, identification des thèmes de recherche correspondants, mise en place et conduite d'essais en situation réelle sur les fermes, validation et diffusion des résultats obtenus.

Les Groupes Témoins évoluent et se transforment

Par ailleurs, il est intéressant de noter que la dynamique instaurée au niveau des Groupes Témoins a souvent permis aux agriculteurs d’exploiter le travail en commun pour entreprendre entre eux d'autres activités telles que la création de coopératives pour l'approvisionnement en facteurs de production ou la collecte et la commercialisation de produits. De ce fait, et avec un accompagnement spécifique apporté par  FERT dans le cadre du réseau, plusieurs Groupes Témoins du RCM ont débouché sur la création de Coopératives de base ou d’Associations.
Ce fut le cas par exemple de la Coopérative Khemisset Chaouia au Maroc, du Groupement des Agriculteurs de la Bekaa au Liban ou de l’association Trait d’Union en Algérie.
Ces regroupements d’agriculteurs maintiennent alors la dimension « recherche-développement » au sein d’un ensemble plus large d’activités techniques et économiques.

Le siège de la Coopérative Khemisset Chaouïa (Maroc) est devenu un lieu de rencontres pour des journées de terrain

Une réunion du Conseil d’Administration du  Groupement des Agriculteurs de la Bekaa (GAB) à Zahlé, Liban.

Le RCMmenuEnjeux et ThématiquesmenuPaysmenuGroupes TémoinsmenuActivités du réseaumenuPublicationsmenuActualités & Annoncesmenu